La maladie de Crohn a été découverte en 1932 par les Américains Burril Bernard Crohn, Léon Ginzburg et Gordon Oppenheimer. Depuis lors, les scientifiques ont accentué les recherches pour identifier l’origine de ce mal qui touche de plus en plus de personnes. Faisons le point sur les dernières découvertes relatives à cette maladie.

Qu’est-ce que la maladie de Crohn ?

La maladie de Crohn est une inflammation chronique de l’appareil digestif. Elle est capable d’affecter toutes les parois du tube digestif, mais l’iléon et le côlon sont les plus exposés. C’est une affection rare qui évolue par alternance de phases symptomatiques (poussée) et de phases asymptomatiques (rémission). Longtemps restée mystérieuse, la maladie de Crohn n’a désormais plus que quelques secrets pour les spécialistes.

Quelle est la cause de la maladie de Crohn ?

Des recherches menées par des scientifiques du Massachusetts General Hospital ont permis de faire des avancées notables dans la connaissance de la cause principale de la maladie de Crohn. En effet, ces derniers sont parvenus à identifier une protéine qui interviendrait dans la pathogenèse de la maladie de Crohn. Il s’agit de l’enzyme SP140. Cet enzyme tient un rôle clé dans le développement et le fonctionnement de la flore intestinale. Le SP140 participe à la mise en place d’une flore intestinale appropriée. De plus, il est l’enzyme régulateur de l’activité des macrophages. Son action permet de maintenir la flore intestinale en équilibre.

Les travaux des scientifiques ont permis d’avancer l’hypothèse selon laquelle la mutation de cet enzyme perturberait l’expression de certains gènes. Pour vérifier cette hypothèse, des tests ont été effectués sur des souris de laboratoire.

Les tests ont consisté à rendre non fonctionnel l’enzyme SP140 chez un lot de souris. Le constat est que l’absence de cette enzyme a provoqué une très forte réaction inflammatoire chez ces souris.

On retient de ces tests que l’enzyme SP140 empêcherait l’inflammation du tube intestinal chez les souris. Cette découverte constitue une piste solide qui pourrait déboucher enfin sur la connaissance précise de la cause de la maladie de Crohn.

Quels sont les facteurs favorisant la maladie ?

Si l’origine de la maladie de Crohn demeure un mystère pour l’instant, les facteurs qui favorisent son apparition sont assez connus.

Les facteurs génétiques

Des travaux ont prouvé que la maladie de Crohn est héréditaire dans une certaine proportion. En effet, le risque de survenance de la maladie chez un sujet augmente si l’un de ses parents ou un membre de sa lignée familiale a déjà souffert de l’affection.

Cette prédisposition est également observable auprès des vrais jumeaux (jumeaux monozygotes). Lorsque l’un d’entre eux est atteint par la maladie, son jumeau à 50 % de chances d’être également touché. Chez les faux jumeaux, cette probabilité descend à 15 %.

Les facteurs immunitaires  

Lorsque le système immunitaire et la flore intestinale ne sont pas en adéquation, l’organisme développe des réactions anormales contre des bactéries qu’il tolère normalement. De telles réactions caractérisées par l’inflammation des parois intestinales peuvent servir de tremplin pour le développement de la maladie de Crohn.

Les facteurs environnementaux

La maladie de Crohn affecte très peu les pays qui ne sont pas industrialisés. Paradoxalement, les pays fortement industrialisés de même que ceux en cours d’industrialisation connaissent une croissance rapide du nombre de personnes souffrant de ce mal. Cela renforce l’hypothèse selon laquelle l’environnement influence le déclenchement de la maladie de Crohn.

Le tabagisme est reconnu comme étant le premier facteur qui favorise la survenue de la maladie de Crohn. Les personnes qui fument sont exposées à des formes symptomatiques sévères qui sont difficiles à prendre en charge.

On note aussi que la prise de certains médicaments tels que l’aspirine contribuerait au déclenchement de cette pathologie.

D’autres facteurs comme la psychologie et l’alimentation sont évoqués par les scientifiques, mais leur impact n’a pas encore été démontré pour l’instant.

Quels symptômes caractérisent la maladie de Crohn ?

Cette pathologie déclarée incurable par la médecine moderne se reconnaît à l’apparition de certains symptômes inflammatoires digestifs ou non.

Ainsi, l’inflammation de Crohn peut se manifester par des douleurs abdominales qui deviennent plus sévères après les repas. Celles-ci s’accompagnent de diarrhées, de vomissements et de difficultés pour manger. Chez les enfants, cela peut entraîner un retard de croissance.

Par ailleurs, la maladie de Crohn engendre des douleurs pouvant toucher les articulations des membres : genoux, poignets, chevilles, coudes. On peut remarquer également l’apparition d’érythèmes noueux sur les jambes et les avant-bras et des abcès sur la peau. La maladie de Crohn se manifeste aussi par l’inflammation des yeux, des gencives, des canaux rénaux et de la bile.

La fatigue récurrente, la fièvre, la perte de poids et la perte d’appétits sont d’autres symptômes qu’entraîne le déclenchement de la maladie de Crohn.

Existe-t-il une technique efficace pour diagnostiquer cette inflammation ?

Plusieurs examens diagnostiques permettent de confirmer la présence de la maladie de Crohn chez un sujet.

La coloscopie est le moyen le plus sûr d’inspecter le côlon. Elle permet d’identifier la présence d’inflammation ou d’ulcères sur la paroi du côlon.

Il est également possible de faire un examen profond au moyen des rayons X (tomographie assistée par ordinateur, lavement baryté…). Le recours à ces rayons permet d’examiner les zones de l’intestin grêle que la coloscopie n’a pas permis d’analyser.

Une analyse sanguine permet aussi de vérifier si le patient est anémique. En effet, l’anémie est une manifestation secondaire de la maladie de Crohn.

Par ailleurs, l’endoscopie par capsule et beaucoup d’autres techniques permettent de diagnostiquer efficacement cette affection.

Peut-on traiter la maladie de Crohn ?

Après le diagnostic, votre médecin peut définir avec vous le traitement qui convient :

  • Traitement médicamenteux ;
  • Contrôle de l’alimentation ;
  • Traitement chirurgical.

Le traitement médicamenteux consiste à utiliser des médicaments en fonction des symptômes que vous présentez. Ces médicaments peuvent être des anti-inflammatoires, des agents de modification du système immunitaire, des antibiotiques, des capteurs d’acide biliaire…

Un contrôle de l’alimentation est susceptible d’atténuer les effets de la maladie de Crohn. Dans le même ordre d’idées, l’abandon de certaines habitudes comme le tabagisme et la consommation d’alcool peut aider à traiter les poussées.

Pour finir, il faut noter qu’un traitement chirurgical est envisageable pour soulager les symptômes lorsque les autres traitements ont montré leur limite. La colectomie est une intervention chirurgicale qui débouche sur l’ablation du rectum et de toutes les parties affectées du côlon. Celle-ci peut être complétée par une chirurgie de l’iléon. La résection chirurgicale de l’intestin consiste à enlever uniquement la partie infectée.

 

La maladie de Crohn est un mal qui gagne du terrain. Les recherches scientifiques se poursuivent pour confirmer ou infirmer les diverses hypothèses expliquant son origine. Parmi celles-ci, la piste de l’enzyme SP140 est assez solide. Son exploration minutieuse pourrait déboucher sur la découverte de la cause réelle de cette maladie.